Autres technologies

Autres technologies 

Outre ses technologies classiques AE-Amine et AE-Membrane pour la production de biométhane, Arol Energy offre plusieurs autres procédés qui peuvent être mises en œuvre comme des unités autonomes ou être intégrés dans une solution complète pour la valorisation de votre biogaz. Ces procédés sont particulièrement pertinents pour la purification de biogaz issu des sites d'enfouissement.

Ces biogaz bruts ont généralement une composition complexe nécessitant une purification plus poussée que pour les biogaz issu de sources agricoles et des eaux usées. En plus du CO2, le gaz de décharge contient généralement des concentrations non négligeables d’oxygène et d'azote résultant du processus d'extraction spécifique du biogaz utilisé dans la gestion des décharges.

 

L’élimination de l'oxygène

Pour éliminer l'oxygène présent dans les gaz de décharge Arol Energy utilise un procédé catalytique non-redox (oxydoréduction) à base d'un catalyseur à métal précieux.

Notre procédé est basé sur une réaction catalytique d’oxydation «classique» et peut donc fonctionner pendant de nombreuses années sans remplacement ou régénération du catalyseur. Le combustible peut provenir du méthane présent dans le biogaz lui-même ou de l'addition d'un combustible secondaire tel que l'hydrogène ou le propane. Les seuls produits de la réaction sont de l’eau et du CO2.

Un aperçu schématique du procédé et une vue du produit sont indiqués ci-dessous. La récupération de chaleur a été optimisée dans le procédé proposé, et une intégration plus poussée avec l’unité complète de valorisation du biogaz est possible afin de réduire au maximum la consommation de l'énergie.

     

L’élimination de l'azote

La concentration de l'azote dans le gaz de décharge est généralement nettement supérieure à celui de l'oxygène de part à sa concentration plus importante dans l'air.
Pour éliminer cet azote, Arol Energy propose une solution technique spécifique d’adsorption modulée en pression (AMP) qui met en œuvre un matériau adsorbant de type tamis moléculaire spécifiquement conçu pour cette utilisation. Le média utilisé peut être complètement régénéré et le remplacement périodique du média n'est donc pas nécessaire.

Par ailleurs, outre l'azote, une partie du dioxyde de carbone (CO2) est séparée simultanément, ce qui réduit d’autant les besoins d’élimination du COsur l'étape spécifique d’upgrading. Le gaz résiduaire riche en azote contient une part de méthane et peut ainsi être avantageusement envoyé pour valorisation vers un moteur à gaz ou une turbine déjà présent sur le site de la décharge. Cela garantit une valorisation à 100% de votre biogaz sans pertes en méthane.

La solution robuste et fiable que nous proposons offre un excellent compromis entre les coûts d’investissement, d’exploitation et la facilité de conduite par l’opérateur. Nous pouvons adapter l’installation à tous les débits de biogaz couramment rencontrés sur les sites ISDND.

Le principe du procédé est représenté schématiquement ci-dessous :